Les « anonymous » de la présidentielle 2012

Anonyme et artistique, le collectif « 22avril-2012 » veut tourner le dos à la politique. À coups d’affiches électorales détournées.

« C’est scandaleux ! », s’insurge cette passante, dans les rues de Nantes. Face à la retraitée, les panneaux d’affichages métalliques, tradition des rendez-vous électoraux. On a crayonné au feutre une moustache au candidat Sarkozy ? Ou ajouté des implants capillaires à son adversaire socialiste ? Non. L’objet du « scandale », c’est qu’en lieu et place des affiches officielles, il y a… d’autres affiches, collées par dessus.

Sur ces dernières, pas de « France forte » ou de « Changement, c’est maintenant ». Pas un slogan tapageur. Simplement, des gens plutôt impolis, qui tournent le dos aux badauds. Le tout sur un fond blanc d’une sobriété implacable. Avec une signature quand même : www.22avril-2012.net.

Un compte à rebours virtuel

Ces affiches sont l’œuvre du collectif qui a pris pour nom, la date du premier tour des présidentielles. Intriguant. Sur l’url en question, la curiosité continue d’être attisée avec le compteur interactif. Il indique « le temps restant pour remplir l’action ». À savoir le délai jusqu’à l’ouverture des bureaux de vote de ce dimanche 6 mai.

Capture d’écran à quelques heures de la fin du compte à rebours.

On apprend que ces affiches ont été posées aux quatre coins de la France : Paris, Lille, Strasbourg, Nantes, Dijon, Lyon, Marseille, Bordeaux, Rennes, Nancy…

Quid des revendications ? Jusqu’à l’entre deux tours, malgré le buzz, impossible d’en savoir plus.

Joint par téléphone, l’un des représentants du « 22avril-2012 » passe enfin aux aveux : « Nous sommes essentiellement des artistes, des plasticiens, photographes, architectes, journalistes… Nous avons tous un rapport à l’image. » Ils sont moins d’une centaine, éparpillés dans l’Hexagone. Ce groupe évolue ;  l’action est participative. Leur site propose à chacun d’élaborer sa propre affiche avec une photo de dos.

« On veut montrer ce que l’on perçoit de la vie politique en France, c’est-à-dire qu’une majorité de Français s’en détourne », poursuit l’anonyme. À notre sens, la présidentielle n’a pas un caractère complétement démocratique. On nous incite plutôt à choisir une personne, plutôt qu’à voter pour une ligne politique. Il y a une confiscation du débat démocratique au profit des ambitions électorales ». D’où ce tournage de dos au monde politique.

Pour autant, pas question d’inciter à l’abstention : « On souhaiterait que le vote blanc soit pris en compte ». Le message qu’ils veulent faire passer à travers cette démarche artistique, « c’est de se réapproprier l’espace public ».

© 22avril-2012

Une pratique illégale

Cette réappropriation n’est pas sans risque. « On sait que c’est illégal de recouvrir des affiches électorales pendant la campagne officielle. » Selon la célèbre loi de la presse du 29 juillet 1881, déchirer, enlever, recouvrir ou altérer une affiche est passible d’amendes conséquentes. Qu’importe : « La désobéissance devient inévitable quand on a plus d’autres moyens pour se faire entendre. »

Cette voix pourrait faire de plus en plus de bruit dans un avenir proche. Les activistes envisagent de reconduire l’opération lors des prochaines législatives, « sous une autre forme, à déterminer ». À terme, un réseau européen pourrait même voir le jour. Le collectif n’est pas prêt de faire le dos rond.

Vidéo d’une session de collage à Paris, le 1er mai :

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans news

Lâcher un commentaire qui pique

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s